Olivier Merle entre au collège avec NOIR NÉGOCE

Numérisation_20200601 (3)          Depuis 2019, l’écrivain Olivier Merle est entré dans les collèges grâce à une version abrégée de son livre Noir négoce. Ce sont les éditions Hatier qui ont eu l’idée de proposer la lecture de ce beau roman à la jeunesse ; un roman dans lequel le jeune héros formule de bonnes questions pour aboutir à de bonnes réponses qu’il peut soumettre à sa propre réflexion afin d’asseoir son propre jugement plutôt que de réciter les leçons apprises. Cependant, à force de multiplier les images qui n’ont aucun rapport avec le récit, le livre pourrait bien éloigner l’esprit des jeunes du message de l’auteur. Chose encore plus inquiétante : nulle part n’apparaît clairement ce message. Les enseignants devront aider les élèves à le formuler en s’appuyant sur les deux points que nous avons trouvés intéressants dans le «Parcours de l’oeuvre» : le cercle vicieux de la violence (p. 282) et les enjeux économiques et politiques de la traite (p.283). Les collègues et les élèves qui sont nombreux à lire mon article consacré à Noir négoce ont pu se rendre compte que l’auteur et moi sommes tout à fait d’accord sur ce qu’il convient de retenir comme message essentiel de l’oeuvre.

Comptoir et peinture Comptoir Ok      Voici ce que j’écrivais en 2010 pour montrer que s’il y a des corrompus, c’est forcément parce qu’il y a des corrupteurs :

Ceux qui agitent la contribution des africains à la traite atlantique comme un étendard qui confère innocence et bonne conscience devraient lire ce livre et se voir de bon biais, comme dirait Montaigne. Dans tout complot criminel, l’instigateur qui est également pourvoyeur de l’arme et le bénéficiaire final du crime est plus durement puni par rapport à son complice rabatteur. Aussi, on ne peut mettre sur le même pied d’égalité l’avidité et le projet destructeur préparé et nourri en Europe qui a permis de stimuler l’esprit de quelques chefs africains, et le rôle que ceux-ci ont joué contre les leurs. Appartient-il aux Allemands d’aujourd’hui de juger du degré de complicité des Français qui ont collaboré aux forfaits nazis ? Il me semble inacceptable que des Européens se permettent de montrer du doigt les rabatteurs africains. A ceux-là, je destine ces mots du livre : « La traite n’est que la conséquence de l’esclavage des Noirs en Amérique, et non point l’inverse. […] Si vous cessez d’aspirer d’un côte, ça cesse de se vider de l’autre ». Il fallait donc que l’aspirateur cessât de fonctionner.

          Et voici le mot que m’avait laissé Olivier Merle après avoir lu mon texte : «Merci pour votre longue et pertinente analyse de mon roman, et pour la belle publicité que vous lui faites. Comme vous l’avez compris, j’ai tenté non seulement d’être au plus près des faits tels qu’on peut les reconstituer pour la période du XVIIIème siècle, mais aussi de donner des clés au lecteur pour comprendre, au-delà des faits, les conséquences du trafic négrier en Afrique, sa (triste) place dans l’économie (déjà) mondialisée de l’époque, et les responsabilités de l’Europe, comme, à mon sens, on devrait l’enseigner à nos enfants dans les écoles. On ne peut comprendre le présent sans la connaissance du passé…»

          Malheureusement, dans les discours et les textes français, cette responsabilité européenne vient toujours en seconde position – quand elle n’est pas totalement occultée. Répétons-le : s’il y a des corrompus, c’est parce qu’il y a des corrupteurs. L’Angleterre l’avait bien compris. Aussi, à partir de 1807, elle a commencé à combattre les corrupteurs (les Européens) et non les corrompus (les Africains). C’est grâce à elle que la traite a pris fin sur le golfe de Guinée vers la fin du XIXe siècle ! Non, ce qui s’est passé sur cette partie de l’Afrique entre le XVIe et le XIXe siècle n’est pas une tradition africaine mais – comme le souligne Olivier Merle – déjà la mondialisation de la cupidité générée par le capital. Petite remarque pour terminer : l’Afrique est un continent qui fait trois fois l’Europe ; il serait donc bon que ce détail qui n’apparaît pas sur les planisphères soit constamment porté à la connaissance des jeunes. En imaginant des Afriques, ils comprendront pourquoi la traite négrière atlantique ne s’est pas passée dans le même espace que la traite arabo-musulmane qui a duré jusqu’au milieu du XXe siècle.

Comptoir Steve McQueen OK


PS : Aux enseignants qui utiliseront cette version abrégée du livre avec leurs élèves, il est vivement recommandé de lire dans les commentaires celui de Liss relatif au point « le cercle vicieux de la violence » (p.282). Pour les lecteurs qui n’ont pas le dossier sous les yeux, voici le document de l’éditeur qui reprend – comme le fait remarquer Liss – l’idée classique des Africains constamment en guerre les uns contre les autres. Nous y apportons quelques précisions pour rétablir la pensée de l’auteur.

Comptoire Olivier Merle OK 3

          Comme le disait si bien Olivier Merle dans Noir négoce, «les tenants de l’esclavagisme possédaient des arguments, organisés selon une véritable théorie raisonnée, éloignée de toute improvisation». A notre tour, nous attirons l’attention de tous sur le fait qu’en ce XXIe siècle, ceux qui minimisent ou occultent les responsabilités des négriers et des esclavagistes ont aussi des arguments bien organisés selon un raisonnement qui ne laisse pas de place à l’improvisation !

Raphaël ADJOBI

3 commentaires sur « Olivier Merle entre au collège avec NOIR NÉGOCE »

  1. Bel article qui incite à me plonger le plus tôt possible dans cette adaptation pour la jeunesse d’un roman que j’avais vraiment apprécié au plus haut point. Je suis allée directement aux pages que tu cites, et autant le paragraphe sur « les enjeux économiques et politiques de la traite » est bien conçu et juste, autant « le cercle vicieux de la violence » me laisse un arrière-goût d’insatisfaction, car encore une fois il met plutôt l’accent sur la « responsabilité africaine » : du point A au point B, ce sont davantage « les guerriers africains » qui sont au coeur de la machine, ce sont eux qui veulent s’enrichir et eux qui font éclater les conflits, ceux qui tirent les ficelles et qui sont les vrais instigateurs de ces conflits n’apparaissent pas au premier plan.
    Ce sont les mêmes situations à notre époque : les guerres qui secouent les pays africains sont présentées comme des guerres ethniques », autrement dit on fait comprendre que les Africains s’entre-tuent parce qu’ils n’appartiennent pas à la même ethnie, alors que l’on sait bien que c’est parce que ces « oppositions ethniques » ont été instrumentalisées qu’on en est arrivé à des guerres sanglantes jamais connues auparavant, pour des ethnies qui se sont toujours côtoyées depuis des siècles… et le crime profite à celui qui est venu diviser pour régner, pour exploiter les richesses du pays comme il l’entend, sans craindre une quelconque révolte en face, étant donné qu’en face on est divisé… (Rwanda, Congo-Brazza, Congo-Kinshasa, Côte d’Ivoire… C’est partout le même scénario).
    L’art de tirer la couverture de son côté et de jeter l’opprobre sur d’autres.

    J'aime

  2. Bien vu Liss ! Ce chapitre est absolument tendancieux. Dans l’expression « A = Les Européens enrichissent les guerriers africains », il faut voir ce que le livre entend par « enrichir ». Les Africains s’enrichissent de quoi ? D’autre part, dans l’expression « D = Les guerriers africains font éclater les conflits », on voit effectivement que les responsables des conflits sont les Africains et non les Européens qui leur fournissent les armes pour la commande qu’ils attendent de recevoir.

    C’est un chapitre sur lequel je compte revenir avec un autre article. Les questions et les illustrations de ce livre sont tendancieuses. Effectivement, à aucun moment, on ne voit apparaître la responsabilité des Européens. Or, c’est la leçon qu’Olivier Merle voudrait souligner. Comment les enseignants vont-ils parvenir à rester fidèles à la pensée de l’auteur en analysant « le cercle vicieux » ? A la place de « Les Européens enrichissent les guerriers africains », il faudra dire « les Européens fournissent des armes à des Africains avec un but précis : la capture d’êtres humains ».

    J'aime

  3. Tu fais bien de joindre la copie de la page comportant le dossier pédagogique « Le cercle vicieux de la violence », afin que ceux qui n’ont pas le livre sous les yeux puissent bien comprendre ce que nous voulons souligner. Dans le cadre de ma thèse, je suis tombée sur des textes intéressants, qui montrent comment les colons ont profondément influé sur l’histoire de l’Afrique. Un auteur comme Lomami Tchibamba par exemple, a su montrer finement comment les rois et chefs africains ont été manipulés par les esclavagistes ou les négriers : les guerres entres peuples africains voisins ou rivaux se sont intensifiés à la suite de la pénétration occidentale : on se battait principalement pour pouvoir fournir des esclaves (les captifs) aux négriers, on finit par tourner le dos à ses propres valeurs et connaissances pour adopter plutôt celles du colonisateur, sans se rendre compte qu’on offre là une brèche au colonisateur qui va s’y engouffrer et détruire complètement les royaumes africains. Le recueil « Ngando et autres récits » comporte plusieurs nouvelles dont la « Légende de Londema suzéraine de Mitsoue-ba-Ngomi » qui montre les conséquences de la pratique de l’esclavage sur les territoires africains, sur tous les plans. Pourquoi le commerce triangulaire s’est-il intensifié ? Ce n’est certainement pas parce que les guerriers africains avaient fait tellement de ravages qu’ils ne savaient plus quoi faire des prisonniers de guerre et que les esclavagistes arrivaient donc à point nommé pour leur permettre de se débarrasser de ces prisonniers ; c’est bien la cupidité de l’Occident, voulant toujours tirer un maximum de profit de ce commerce qui lui a permis de se développer à une allure accélérée, qui est à l’origine de ces guerres. On nous la fait toujours à l’envers !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s