La conférence de La France noire devant les membres du Club Kiwanis d’Auxerre

3480

Le lundi 13 novembre 2017, La France noire a eu l’honneur d’être l’invitée de la section départementale du club Kiwanis international d’Auxerre pour donner une conférence sur « Les résistances africaines à la traite et les luttes des esclaves pour leur liberté dans les Amériques ».

kiwanis-logo

J’avais commencé mon exposé par une définition de l’histoire qui passe parmi nous pour une science alors qu’elle est un récit dont le contenu s’éloigne de la vérité dès lors que le narrateur néglige ou travestit certains faits devant le structurer. Puis j’ai insisté sur l’immensité de l’Afrique qui est comparable aux États-Unis, l’Europe et la Chine mis ensemble. Par conséquent, avais-je dit, il convient de ne jamais la considérer comme  homogène, physiquement et humainement. Ensuite, j’avais pris soin de délimiter les zones du continent africain qui connaissaient la pratique de l’esclavage comme l’Europe – le servage n’étant rien d’autre qu’un mot issu du latin désignant l’esclavage – avant de souligner que la zone forestière l’ignorait totalement. Pour preuve, j’avais fait remarquer à l’assistance que la fin de la traite négrière atlantique au milieu du XIXe siècle a coïncidé avec la fin de la traite et de l’esclavage dans cette partie de l’Afrique. Cela est un fait historique indéniable. D’ailleurs, à la fin du XIXe siècle, les déportations et les assassinats des chefs africains opposés à la colonisation européenne – avec son lot de travaux forcés – constituent des preuves supplémentaires de la non-pratique de cette forme d’asservissement de l’homme par l’homme dans la zone forestière africaine.

J’avais ensuite développé l’étrange avalanche des abolitions de l’esclavage à partir de la fin du XVIIIe siècle ; étrange avalanche des abolitions parce que l’apogée de l’esclavagisme se situe effectivement au XVIIIe siècle. Pourquoi les abolitions se multiplièrent-elles au moment même où les royaumes européens étaient de plus en plus riches grâce à la traite et à l’esclavage des Noirs ? J’avais alors établi un lien entre la perte de ses 13 colonies d’Amériques en 1783 et l’engagement de la Grande Bretagne à mettre fin à la traite négrière atlantique à partir de 1807. Par ailleurs, en n’appliquant pas l’abolition de l’esclavage prononcée par le Portugal en 1761, le Brésil signifiait à cet état européen qu’il était indépendant ! Les colonies se rebellaient donc contre les royaumes dont ils dépendaient. J’avais montré comment la France de Napoléon Bonaparte a plaidé et obtenu de la Grande-Bretagne la poursuite, durant quelques années supplémentaires, la déportation des Africains dans ses colonies d’Amérique. Pour terminer, j’avais insisté sur le fait que c’est dans cette période de conflit entre les royaumes européens et leurs colonies que s’étaient multipliées les rébellions d’esclaves. Tout cela voulait dire que les abolitions de l’esclavage étaient le fait de circonstances économiques et de la volonté des esclaves de saisir une situation de conflit entre les Amériques et l’Europe et nullement une question uniquement philanthropique.

La France noire remercie les membres du Club Kiwanis pour leur écoute attentive, signe de l’intérêt qu’ils portaient au sujet. Un merci particulier à monsieur le président qui a pris le risque d’accepter la proposition de cette conférence qui lui a été faite par Madame Marie-Aimée Siopathis. Un agréable moment qui nous a permis de découvrir une équipe ouverte à la connaissance de l’autre pour mieux respecter sa différence. Idéal cher au cœur de La France noire.

Raphaël ADJOBI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s