Rachel Keke concrétise le combat de Françoise Ega

Rachel Keke députée française          Qui l’eût cru ? Voir le combat pour la prise en compte de l’exploitation des femmes de ménage, mené par l’Antillaise Françoise Ega* au milieu du XXe siècle et poursuivi en ce XXIe siècle par Rachel Kéké (22 mois de lutte contre le groupe Accor) conduire cette dernière à l’Assemblée nationale est très réjouissant. Entre 1960 et 1962, Françoise Ega était seule à militer par l’enquête sur le terrain et l’écriture ; en 2020 – 2021, elles étaient une vingtaine de femmes de ménage à accompagner Rachel Kéké dans ce combat. Cela rappelle la lutte et la victoire des sardinières bretonnes en 1924*; mais cette fois, avec la victoire politique en plus !

Rachel Keke et le mépris          En effet, si hier on luttait pour s’assurer le pain quotidien, aujourd’hui on veut bien être à côté de ceux qui décident de son prix. Et Rachel Kéké l’a bien compris. La règle commune devrait être : personne ne doit se permettre de décider unilatéralement de l’avenir de l’autre ; par conséquent, il faut être là où se prennent les décisions ! C’est bien la leçon que beaucoup de Français n’ont jamais comprise parce que trop habitués à se fier à des gens qu’ils estiment « très intelligents parce que sortis des écoles faites pour eux et donc désignés pour gouverner » ! «Ces sortes d’enfants prodigues par décrets [qui se voient] conférés à vingt ans les privilèges et les obligations du génie » (Pierre Bourdieu). Que ceux-là sachent qu’aucun diplôme ne valide le degré d’intelligence de l’individu ! Tout diplôme n’est que le minimum requis pour accéder à une fonction sociale déterminée. Rien d’autre ! L’intelligence et le talent n’ont pas besoin de diplôme ; même si les connaissances acquises dans la recherche du diplôme peuvent aider à l’exploitation du talent. Sinon, comme le dit si bien Pierre Desproges, « les diplômes ne sont faits que pour ceux qui n’ont pas de talents » ; hors des diplômes, ils sont incapables de faire preuve d’originalité dans la vie.

Rachel Keke et Stéphane Ravacley 2          Espérons que ceux qui estiment que par leur métier et leur manque de diplôme valorisant, la gouvernante d’un hôtel parisien – Rachel Kéké – et le boulanger de Besançon – Stéphane Ravacley – salissent la vie de notre Assemblée nationale seront rappelés par les Français vraiment intelligents à revoir ce que veut dire un député. Un député ne représente pas une entité fictive mais une condition de vie concrète que l’on voudrait porter à un niveau meilleur, digne et respectable ! C’est tout simplement cela que l’on appelle un idéal à atteindre depuis que certains parmi nous ont déclaré que « Dieu Tout-puissant, dans Sa sainte et très sage providence, a disposé la condition des humains de telle sorte qu’à tout jamais il y aura forcément des riches, forcément des pauvres ; certains seront tout en haut, éminents en pouvoir et dignité, d’autres en bas et dans la sujétion » (John Wintrop, 1630 – cité par Raphaël ADJOBI dans Il faut remettre le français au centre de l’enseignement – une autre révolution est possible, édit. Les impliqués 2021). Et à tous ceux qui, lorsqu’ils voient un Noir ou un plus pauvre qu’eux, se disent qu’ils sont en danger et qu’ils leur faut par conséquent soutenir les riches parce qu’ils sont convaincus que plus les riches seront riches moins eux seront pauvres, je dédie ces mots à méditer : « Vous avez soin de filtrer vos boissons pour éliminer le moindre moucheron, et […] vous avalez le chameau tout entier » (Matthieu ch. 23 v. 24). Rachel Keke revue espagnole

* Depuis le 12 avril 2019, une rue de Marseille porte le nom de Françoise Ega, dite Mam’Ega, poète et militante (1920 – 1976).

* Les sardinières bretonnes ont remporté une première victoire en 1905 ; mais, en moins de 20 ans, ce qu’elles ont gagné en augmentation de salaire a été rattrapé par la hausse des prix. D’où la lutte de 1924 qui a abouti à un nouveau mode de calcul de la rémunération calquée sur le travail accompli et non sur le temps passé.

Raphaël ADJOBI

Contre le racisme et le sexisme, « il faut forcer le changement » (Témoignage d’Audrey-Flore Ngomsik)

Physique et diversitéAudrey-Flore Ngomsik est docteure en chimie physique et chimie analytique de l’université Pierre et Marie Curie à Paris. Installée depuis peu en Belgique, elle est cofondatrice de « Trianon sientific communication » avec le Dr Markus Fanselow. Après un parcours universitaire sans avoir eu de modèle, elle milite pour plus de diversité là où les décisions se prennent (reproduction d’une vidéo publiée sur sa page facebook).

Pourquoi le choix des sciences : Je ne viens pas d’une famille de scientifiques ; mais j’ai toujours adoré les sciences. Pour comprendre un liquide transparent comme l’eau contenue dans une bouteille, il faut être chimiste pour savoir qu’il y a de l’oxygène et de l’hydrogène dedans. Il faut aussi être physicien parce qu’on se dit que l’eau est liquide donc il fait chaud dans la salle. Il faut aussi être biologiste, parce que comme l’eau est claire, on se dit qu’elle ne doit pas contenir trop de micro-organismes : donc on peut la boire. Conclusion : pour comprendre l’eau, il faut les trois connaissances ou sciences. Je voulais faire les sciences parce que la physico-chimie est une bonne façon de comprendre le monde. C’est aussi un bon exemple pour comprendre la diversité. Cela nous apprend que pour comprendre un problème, il faut plusieurs points de vue !

Les femmes et les sciences : il y a 20 ans, il y avait deux types de femmes : celles qui faisaient de la science parce qu’elles savaient qu’elles en feraient leur métier, et celles qui faisaient de la science parce que cela leur permettrait de faire un bon mariage ; cela faisait bien en société. J’étais dans une école d’ingénieurs à Paris où la moitié des femmes de ma classe étaient là parce qu’elles savaient qu’elles allaient épouser quelqu’un d’important et qu’il fallait avoir de la conversation. Aujourd’hui, cela paraît délirant ; mais à l’époque, c’était la moyenne (la norme) !

En STEM*, les femmes sont nombreuses au début ; et plus on avance, moins elles sont nombreuses. Et cela parce qu’il y a déjà l’idée que « les sciences, ce n’est pas pour les filles ». Et même quand on est d’une famille progressiste, ce poids ne permet pas à une petite fille de dire « je veux faire des sciences ». A part si on est comme moi et qu’on veut faire un métier de garçon ! Pourquoi un boulot de garçon ? C’est parce que c’est dans la littérature, c’est partout ! Pour moi, la représentation est hyper importante ! A toutes les échelles de la société, la représentation est importante parce que sinon, quand on est jeune et que l’on ne voit personne qui vous ressemble plus haut, on ne peut pas savoir que c’est possible d’atteindre ce niveau.

Par exemple : moi, je n’ai jamais eu un prof noir ; je n’ai jamais eu un prof femme et noire. Je ne parle même pas d’étudiant en thèse quand on est en première année et qu’on a besoin d’aide. Je n’ai jamais eu cela ! Si j’avais eu une femme aussi racisée comme moi à un plus haut niveau, il y a des moments où j’aurais été contente de savoir que je n’étais pas la seule.

Le racisme : J’ai réalisé le racisme assez tard. A l’université, je vais m’inscrire et là j’entends : « Mais rentrez dans votre pays ! Je ne vous inscris pas ! Que faites-vous là ? » J’ai dû aller voir le directeur de l’université qui m’a inscrite en me disant : « je suis vraiment désolé »…. J’ai passé mon année derrière un poteau pour que le mec ne me voie pas. C’est comme ça que j’ai réalisé le racisme. Frontalement ! Mais moi, j’ai de la chance… j’ai une grande bouche ! Mais (ce n’est pas évident car) il y a ceux qui vont te dire « ce serait bien que tu débarrasses la table quand on a fini de manger, comme ça les autres ils savent que tu sais où est ta place ». N’est-elle pas fantastique celle-là ? Je me rappellerai toujours de mon premier stage dans une institution connue… je sors du laboratoire avec des collègues et on va à la cantine. Je suis la première à m’installer à une table. J’avais la blouse blanche du laboratoire. Quelqu’un passe et dit : « les femmes de ménage, ce n’est pas là ! » Pas mal celle-là non plus !

Précautions à prendre pour gravir les échelons : Quand j’ai commencé à travailler en stratégie et à gravir les échelons, j’ai eu deux problèmes. Il me fallait cocher deux cases : « femme et Noire » ! C’est dire que c’est un niveau où on ne s’attend pas à voir une femme, et de surcroît une femme noire ! Quand j’ai fait ma thèse (en France) et que j’ai commencé à chercher du travail (en France), je m’y suis pris à 5 reprises. Au téléphone, ça se passe bien ; mais à chaque fois que je suis allée voir les gens (je ne mettais pas ma photo sur mon CV), on me ferme la porte au nez ; ou alors on me dit « Ah non mais ça ne s’entendait pas que vous êtes noire » !

Conclusion : 1) Si vous êtes une femme et que vous voulez vous lancer, faites les études de STEM que vous voulez ! Que ce soit astrophysique ou biologie, il faut y aller. On n’est pas plus bêtes que les autres. En fait on a les meilleures notes. C’est juste qu’après, on nous laisse tomber. 2) Ensuite il faut chercher – si dans votre université ou votre entourage il n’y a personne qui peut vous « mentorer » – vous prenez LINKEDIN* et vous y cherchez quelqu’un et vous lui envoyez un message. Il y a là très peu de personnes qui disent non ! 3) Si vous êtes noir(e), vous faites comme moi : j’ai fait d’un homme blanc mon partenaire parce que ça aide ! On peut dire ce qu’on veut mais c’est la réalité. Au début, c’est lui qu’on envoyait. Pour trouver des fonds, on en est encore là aujourd’hui. Les femmes sont celles qui ont le moins de fonds VICI dans le monde ; les femmes intersectionnelles, c’est encore pire. Donc établissez un partenariat qui vous aidera. C’est stratégique, mais c’est comme çà ! En France, il y a des femmes qui ont mis des noms d’homme sur leur CV pour « forcer » la main aux employeurs. Par exemple, à la place de Stéphanie, elles mettaient Stéphane, comme ça, ça passe comme une lettre à la poste ! Il faut forcer le changement en fait.

* STEM : abréviation des termes anglais « Science, technology, engineering et Mathematics ».

* LINKEDIN : réseau social professionnel en ligne.