Le lycée Jacques Amyot d’Auxerre accueille « La France noire »

Jacques-Amyot 2022 A          Le jeudi 19 et le vendredi 20 mai 2022, le lycée Jacques Amyot d’Auxerre a été le premier lycée de l’Yonne (89) a accueillir – pendant deux demi-journées – notre exposition « Les Noirs illustres et leur contribution à l’histoire de France »* ; une exposition spécialement destinée aux lycéens pour leur permettre de découvrir les Noirs qui, entre la révolution française et la dernière guerre mondiale, se sont illustrés dans les événements qui ont marqué la France.

          C’est dans le cadre d’un CDI absolument magnifique qu’a été installée l’exposition. Les quatre classes qui ont bénéficié de l’exposé du conférencier et ont échangé avec lui durant ces deux demi-journées ont été séduites par la contribution des Noirs aux deux abolitions de l’esclavage en France et aux deux guerres mondiales. Aussi, plus que des questions, ce sont des réflexions pertinentes traduisant leur plaisir de combler un vide que les élèves ont exprimées. Les applaudissements qui ont chaque fois salué la fin de l’exposé du conférencier était la preuve de leur satisfaction de goûter à des connaissances nouvelles venues élargir leur imaginaire.

20220519_103134          Merci aux professeurs documentalistes qui nous ont entourés d’un grand soin, et aux professeurs accompagnateurs qui nous ont manifesté leur grande satisfaction. Un grand merci aussi au proviseur qui a permis aux enseignants de découvrir notre travail et a pris soin de venir s’informer auprès de nous du bon déroulement des séances d’intervention.

* Cette exposition a été accueillie trois fois par le lycée Benjamin Franklin d’Orléans (45).

Raphaël ADJOBI

Le lycée Benjamin Franklin d’Orléans accueille l’exposition « L’invention du racisme »

Orléans Racisme janvier 2022          Après avoir accueilli durant trois années consécutives notre exposition sur « Les Noirs illustres et leur contribution à l’histoire de France », les professeurs documentalistes du lycée Benjamin Franklin ont décidé cette année de proposer à leurs collègues notre exposition sur « L’invention du racisme ». A la fin du mois de novembre, quand nous avons reçu le planning des interventions, le petit mot qui l’accompagnait nous avait vraiment fait plaisir : « En à peine deux heures, il était plein ! La qualité de vos précédentes interventions a marqué les mémoires ».

          Effectivement, le mardi 4 et le jeudi 6 janvier 2022, La France noire a effectué 13 heures d’intervention pour rencontrer environ 300 élèves ! Des heures de rencontres qui ont permis aux jeunes de découvrir que le racisme est à la fois un système de pensée et de comportement dont la mise en place a été bien réfléchie, bien argumentée et bien illustrée. Leur indignation est chaque fois très grande devant la perpétuation, en ce XXIe siècle, des images publicitaires que les adultes ont dû imaginer pour imprimer durant plus d’un siècle et demi dans l’esprit des populations dites « blanches » une image négative de l’homme dit « noir ». « Pourquoi les adultes continuent-ils à faire cela ? », se demandent-ils. Et quand ils découvrent l’eugénisme, cette volonté de constituer en Europe une population de « blancs purs » débarrassés des « blancs impurs », ils restent sans voix !

          Les enseignants quant à eux étaient très heureux de voir les jeunes prendre conscience du fait que le racisme n’est pas une plaisanterie, un jeu passager dans la vie des individus. Tous ont montré leur désir d’exploiter la venue de l’exposition pour établir des échanges supplémentaires avec les jeunes et aussi pour travailler sur le dépliant que nous leur avons laissé – afin que la page ne soit pas rapidement tournée. C’est dire que nous n’avons pas trouvé dans ce lycée des enseignants sûrs de posséder la vérité. Car « quiconque est sûr de posséder la vérité est définitivement enfermé dans cette certitude ; il ne peut donc plus participer aux échanges. […] Or, la vérité ne se possède pas, elle se cherche. Ceux qui prétendent la détenir sont ceux qui ont abandonné la poursuite du chemin vers elle » (Albert Jacquard).

Orléans janvier 2022 V          L’expérience que partage La France noire avec cet établissement est tout à fait magnifique ! Depuis notre premier passage, l’équipe des professeurs documentalistes s’est transformée en vrais animateurs d’un espace culturel. Un « espace exposition » est même aménagé au sein du CDI. Pour eux, il n’est plus seulement question de la gestion de la documentation et du flux de l’occupation d’un lieu ; il est aussi question de l’animer en proposant régulièrement aux enseignants la possibilité de lever le nez des manuels scolaires et de regarder le monde qui nous entoure avec des personnes engagées dans la vie de notre société, dans la vie de nos cités : des conférenciers, des expositions avec ou sans conférencier, des troupes de théâtre…. Cette dernière activité est suspendue, compte tenu de la situation sanitaire.

          Merci aux professeurs documentalistes pour l’accueil – toujours chaleureux – et pour la bonne organisation des deux journées. Merci à tous pour les compliments sur la qualité de notre exposition, sur l’équilibre entre les images et les textes qui la composent.

Raphaël ADJOBI

° Lire l’article de National Geographic (nationalgeographic.fr) : Quand les généticiens ont mis fin au concept de races humaines.

« La France noire » finit l’année 2021 dans le Loiret !

          La France noire a terminé le premier trimestre de l’année scolaire 2021–2022 par deux journées d’intervention dans un collège du Loiret – le lundi 13 et le vendredi 17 décembre. C’est la quatrième fois que notre association intervient dans cet établissement scolaire.

Ferrières déc. 2021          Nous avons eu le grand plaisir de constater que les forts négriers – jamais présentés dans les manuels scolaires et autres livres d’histoire – illustrant notre exposition « Les résistances africaines à la traite et les luttes des esclaves pour leur liberté dans les Amériques », n’étaient pas inconnus d’une collègue qui a une vraie passion pour cette thématique. Rares sont en effet ceux qui savent que la chasse et la déportation des Africains vers les Amériques étaient organisées par des émissaires des royaumes européens installés dans des châteaux forts construits sur les côtes africaines.

Fort Saint-Georges texte revu          Non, les capitaines des navires négriers européens n’allaient pas négocier avec les Africains mais avec d’autres Européens installés sur place pour le compte de leur royaume ! C’est à partir de ces forts que les émissaires des rois européens organisent les captures et vendent les Africains aux capitaines négriers. C’est là-bas, en Afrique que les royaumes européens s’enrichissent ! C’est pourquoi les forts étaient très bien défendus. Quant à l’armateur et son capitaine, c’est en vendant les captifs auprès des colons installés dans les Amériques qu’ils peuvent faire fortune. Il faut dire que cette collègue a lu NO HOME de Yaa Gyasi (Calman-Lévy) ; livre très imparfait quant à la peinture de la culture Akan mais qui a le mérite de rendre compte – de manière romanesque bien entendu – d’une réalité historique : l’affreuse captivité des Africains durant des semaines dans les forts européens avant leur déportation dans les Amériques. Les cachots des forts négriers étaient aussi immondes que les cales des navires ! Tous les historiens français ont négligé l’étape des forts négriers dans ce qu’ils appellent « commerce triangulaire » qui en réalité ne se faisait qu’entre Européens. Les Africains quant à eux n’étaient que des rabatteurs soumis que l’on payait avec des pacotilles venues d’Europe. 

          La leçon que je retiens de cette rencontre : là où l’enseignement de l’histoire peine à instruire, un roman, même imparfait, accomplit une œuvre magnifique ! 

Fort de Gorée texte revuFort Kormantin 3Fort Ghana texte revuRaphaël ADJOBI

« Pierre Larousse » (89) invite « La France noire » pour la quatrième fois !

Toucy décembre 2021          Dans le cadre de sa « semaine de l’engagement citoyen », la Cité scolaire Pierre Larousse de Toucy (89) a invité pour la quatrième fois La France noire pour présenter son exposition « Les résistances africaines à la traite et la lutte des esclaves pour leur liberté dans les Amériques » aux lycéens et aux collégiens.

          En effet, à la demande des enseignants du lycée, la rencontre pédagogique avec La France noire a été cette fois ouverte aux lycéens. La journée du lundi 6 décembre leur a donc été réservée, et ils se sont montrés très intéressés par le contenu de notre exposition. Les quatrièmes ont été accueillis à leur tour le vendredi 10 décembre. Comme d’habitude, le temps d’échange avec l’intervenant est celui où les jeunes ont témoigné de l’attention qu’ils ont portée aux différents panneaux de l’exposition. Ils étaient environ 220 à participer à cette rencontre.

          Nous remercions les organisateurs qui, tous les ans, nous mettent dans de bonne condition de travail et prennent soin des intervenants durant la pause de la mi-journée.

Raphaël ADJOBI