De l’esclavage moderne (2e partie du discours du 10 mai 2019 prononcé par le président de La France noire)

Abolition esclavage 17.05.2018 (17)[…] je voudrais consacrer le temps qui me reste à un sujet qui semble intéresser beaucoup de personnes depuis deux ans environ : il s’agit de ce qu’on appelle communément « esclavage moderne ». J’avoue que devant le désir de tout le monde de parler de l’esclavage moderne, j’éprouve le désagréable sentiment que certains veulent nous détourner de notre passé douloureux qui pèse aujourd’hui encore sur la France pour regarder ailleurs. J’ai la nette impression qu’on veut remplacer le devoir de mémoire par une actualité du moment.

            Alors parlons-en ! Parlons de l’esclavage moderne ! Qu’appelle-t-on au juste « esclavage moderne » ? (A ne pas confondre avec le trafic d’êtres humains : des êtres que l’on retient en captivité afin d’échanger leur liberté contre de l’argent comme en Libye et dans certains pays du Golfe ; des êtres auxquels on promet le bonheur sous d’autres cieux contre de l’argent comme en Afrique au sud du Sahara). Quelles sont les situations d’exploitation de la force physique de l’autre pour son profit personnel qui nous donnent le sentiment qu’il y a des personnes qui sont en situation d’esclavage aujourd’hui ?

            Commençons par une situation présentée par un élève sous forme de question lors d’une de mes interventions dans les collèges et lycées  : « Monsieur, m’a-t-il lancé, quand vous percevez un salaire qui vous oblige à vivre dans des conditions sordides, qui ne vous permet pas de nourrir, d’habiller et de soigner correctement les membres de votre famille, n’êtes-vous pas dans une situation d’esclavage ? »

             A cette question, nous pouvons aussi ajouter ces deux autres :

            quand dans le sud de la France, de l’Espagne, de l’Italie et dans certains pays d’Amérique latine comme le Brésil (livre « CACAO »), des milliers de personnes (souvent des immigrés ou des déplacés) attendent sur les bords des routes, se battent entre elles pour monter dans des camions qui les emporteront dans des champs afin de récolter des fruits et des légumes, tout cela pour un salaire juste suffisant pour ne pas mourir de faim le lendemain, n’est-ce pas une situation d’esclavage ?

            Quand des milliers de personnes sont obligées de gagner d’autres pays où elles savent qu’elles travailleront dans les conditions les plus humiliantes et pénibles – parfois avec le passeport confisqué – tout simplement parce qu’elles ne veulent pas mourir de faim devant leur semblable, n’est-ce pas une situation d’esclavage ?

            Nous sommes tentés de répondre par l’affirmative. Et pourtant, ce sont des situations d’exploitation de la force physique de l’autre qui ne sont pas illégales dans les pays où ces pratiques ont lieu ! Pourquoi donc ? Tout simplement parce que les autorités locales jugent que c’est volontairement, et donc sans contrainte, que les individus vont travailler. D’autre part, parce qu’en échange de leur force physique, ces individus reçoivent un salaire, si minime soit-il. En définitive, pour tous les Etats, il n’est de situation d’esclavage que ce qu’ils déclarent eux-mêmes illégal.

            Ainsi, à l’abolition de l’esclavage en 1848 – donc l’esclavage devenu illégal – la France a fait venir par des navires entiers des Chinois et des Indiens à l’île de la Réunion et dans les Antilles pour remplacer les Noirs qui refusaient de travailler avec leurs anciens maîtres. Ces travailleurs dits sous contrat, qu’on appelait les indigènes, étaient en réalité dans un esclavage moderne (Case à chine de Raphaël Confiant), une exploitation abusive de l’homme mais légal en France jusqu’en 1946 au moment de l’abolition du travail forcé dans les colonies françaises.

                                                                °°°°                   °°°°

            A vrai dire, ce que nous appelons « esclavage moderne » est en fait un type d’exploitation de l’homme par l’homme né avec le capitalisme. C’est un esclavage où la nécessité pousse l’individu à se mettre volontairement ou par la tromperie sous le joug d’un pouvoir qui brime son corps et détruit sa santé sans lui donner des perspectives d’avenir (et cela en toute légalité jusqu’à ce que l’Etat le juge illégal).

            Ce point de vue m’emmène à un fait très important de l’histoire de l’abolition de la traite négrière vers les Amériques. Un fait historique qui montre clairement que l’esclavage que nous qualifions de moderne ne date d’aujourd’hui, qu’il est bien né avec le grand profit appelé capitalisme.

            En 1787, un jeune anglais de 27 ans – Thomas Clarkson – décide de faire des recherches approfondies sur le terrain pour recueillir des informations et des témoignages afin de nourrir la propagande abolitionniste. Puisque les capitaines refusaient de l’aider dans sa tâche, il se tourna vers les marins. Et que découvrit-il ?

            Clarkson découvrit avec stupéfaction, à travers les témoignages, que contrairement à ce que tout le monde soutenait en Angleterre et partout en Europe, « le commerce des navires négriers n’était en aucun cas une pouponnière pour les marins, mais bien plutôt un cimetière » ! Dès lors, au lieu de focaliser son attention sur les captifs africains, Thomas Clarkson allait plutôt s’intéresser au sort des marins. Il venait de comprendre qu’en mettant l’accent sur les malheurs des marins européens, donc des Blancs, il toucherait plus profondément la sensibilité des hommes politiques et le grand public britannique que s’il s’intéressait essentiellement aux Noirs.

            D’abord, le travail de Thomas Clarkson met au grand jour le fait que les prisons et les orphelinats sont les grands pourvoyeurs de marins. Qui sait cela, aujourd’hui ? Peu de monde ! Il y avait aussi parmi eux des terriens – c’est-à-dire des paysans – que des recruteurs véreux « vendaient » pour ainsi dire aux capitaines après leur avoir fait croire qu’une vie de harem les attendait en Afrique avec des femmes noirs aux seins nus.

            Il découvre aussi que « les capitaines transforment leur navire en enfer flottant et se servent de la terreur pour contrôler tout le monde à bord, marins et captifs ». Selon un capitaine repenti, le navire négrier est un enfer pour « les esclaves blancs » et « les esclaves noirs » ; et il ajoute « il n’y a pas entre eux l’ombre d’une différence si l’on fait abstraction de leur couleur de peau ». Les marins eux-mêmes souvent battus et maltraités et mal nourris, se vengeaient de leur situation sur des êtres encore plus pitoyables et impuissants dont ils avaient la charge.

            Enfin, Thomas Clarkson découvre qu’un autre grand ennemi des marins, ce sont les maladies tropicales qui les décimaient comme des mouches. Et tout le monde pouvait vérifier les marques de l’enfer des navires négriers en se rendant dans les tavernes sordides des ports européens où on ne pouvait que découvrir des marins boiteux, aveugles, borgnes, pleins d’ulcères et fiévreux.

            C’est donc en apportant les preuves accablantes du mauvais traitement que les capitaines faisaient subir aux « marins », les preuves des maladies qui les décimaient, les preuves des dangers auxquels les exposait leur travail auprès des captifs africains prêts à les tuer pour recouvrer leur liberté, que les abolitionnistes anglais sont arrivés à faire de la condition de travail légal des « marins » une condition de travail illégal. Thomas Clarkson et les abolitionnistes ont ainsi permis à l’Europe entière de découvrir au XVIIIe siècle un esclavage moderne : des marins blancs esclaves ! L’Europe venait de comprendre que le capitalisme pousse les individus à se mettre volontairement dans un état d’esclavage. Le sort des marins blancs a donc été un argument essentiel pour décider l’Angleterre à faire la guerre, sur l’Atlantique, aux autres puissances européennes afin de mettre fin à la déportation des Noires vers les Amériques à partir de 1807.

            Mesdames et Messieurs, convenons donc que ce qui semble aujourd’hui à nos yeux de l’esclavage moderne, c’est toute forme de travail où l’humanité du travailleur est sacrifiée sur l’autel du profit. A notre époque où le capitalisme s’est internationalisé, si nous désirons sincèrement lutter contre le travail déshumanisant qui ne procure aucune perspectives d’avenir, il nous faut faire comme Thomas Clarkson : regarder autour de nous au lieu de chercher ailleurs l’entreprise qui profite du malheur de ceux pour lesquels nous avons de la compassion. Car, hier comme aujourd’hui, c’est la course au profit qui crée les conditions de l’esclavage et non pas l’esclavage qui crée la course au profit.

Je vous remercie.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s